La Chute, photographies de Denis Darzacq

Photographie Denis Darzacq
Vignette d'une photographie de Denis Darzac (La Chute)

Exposition à la Maison Jean Vilar

Initiée à l’occasion d’un travail collectif pour les 20 ans de l’Agence VU’, la série « La chute » met en scène les corps en apesanteur de danseurs de Hip Hop, de Capœira et de danse contemporaine. Une « chute de l’ange » des années 2000, toute en tension et en énergie, entre ciel et terre. « Juste après la crise des banlieues de 2005, entre pesanteur et gravité, j’ai réalisé des photographies en suspension dans une architecture générique et populaire. J’aime qu’à l’ère de Photoshop, la photographie puisse encore surprendre et témoigner d’instants ayant réellement existé, sans trucages, ni manipulations » explique Denis Darzacq.

Dans des cités d’un Paris populaire et urbain, il créée des images baroques de corps en apesanteur, en lévitation. Propulsion. Perte de gravité. Energie. Poussée. Bascule des perspectives. Et UNE question : que fait-on de cette énergie ? Que fait-on de ces corps qui veulent entrer dans le jeu et qui risquent de s’écraser au sol si on les ignore, si on les laisse tomber ?

Exposition réalisée autour du thème des 30e Hivernales d’Avignon : « Danse en apesanteur ». Lire l’interview de Amélie Grand, Céline Bréant et Daniel Favier, responsables des Hivernales (Cahiers n°104 pages 46 à 51) (PDF – 440 Ko).

Du 12 février au 8 mars 2008 Du mardi au vendredi de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30. Le samedi de 10h à 17h. Entrée libre.

À télécharger

Biographie et présentation
(PDF – 260 Ko). Denis Darzac est représenté par la galerie VU’

Les pages 52 et 53 des Cahiers n° 104
(PDF – 636 Ko)

Photographie Denis Darzacq
Vignette d'une photographie de Denis Darzac (La Chute)