puce Débuts au théâtre, la Compagnie des Sept
       
puce

Il fonde sa propre troupe, La Compagnie des Sept, en juillet 1943, et quelques mois plus tard, sa première association d'abonnés.
En 1945, il imprime sa griffe sur le théâtre de son temps en montant Meurtre dans la cathédrale de T.S. Eliot, où il campe un hallucinant Thomas Becket ; cette mise en scène marque sa première collaboration avec le peintre Léon Gischia.

Je voudrais avoir ma bicoque à moi, mon petit théâtre, mon petit magasin... J'ai de très belles pièces à monter... Il y aurait une belle bataille à mener. En s'accouplant d'une grande famille d'amis, de poètes, de peintres.
Jean Vilar

       
puce    
       
puce La Danse de mort de August Strindberg
       
puce   Affiche La Danse de mort
       
puce   Photo La Danse de mort : Hélène Gerber et Jean Vilar
       
puce   Caricature de presse : Hélène Gerber, Jean Vilar, Louis Arbessier
       
puce   Caricature de presse, dessin de Jan Mara : Jean Vilar (le capitaine)
       
puce Meurtre dans la cathédrale de T.S. Eliot
       
puce   Photo Meurtre dans la cathédrale : Jean Violette, Jean Vilar et Jacques Butin
       
puce   Caricature de presse, dessin de Lebon : Jean Vilar, Renaud Mary et Louis Arbessier
       
puce Orage de August Strindberg
       
puce
 

Orage d'August Strindberg

Alors, tu veux descendre en ville...

       
puce   Orage d'August Strindberg : Hélène Gerber, Robert Chandeau, Jean Vilar
photo dr
       
puce  

Orage d'August Strindberg : R. Chandeau, H. Gerber, J. Smaith, J. Clarys, J. Mercury, J. Vilar, M. Coussonneau - photo dr

       
puce   Orage d'August Strindberg : Robert Chandeau, Jean Vilar
       
puce  

Orage d'August Strindberg : Jean Vilar, Robert Chandeau

photo dr

       
puce   Orage d'August Strindberg : Jean Vilar
photo dr
       
puce

  Orage d'August Strindberg : Jean Vilar
photo dr
       
puce   Page manuscrite de Jean Vilar
       
puce   Lettre de Jean Paulhan
       
puce   Théâtre de Poche
       
puce   Programme de Césaire et Orage
       
puce   Article de Roland Purnal sur la Compagnie des Sept